jeudi 2 février 2017

Visite de l'exposition « Debout Congolaise » par le foyer du Temps des Cerises

Le lundi 30 janvier 2017 le Foyer du Temps des Cerises est venu visiter l'exposition « Debout Congolaise ». Les usagers de ce foyer sont des personnes en situation de handicap psychique léger. Ils sont venus en compagnie de deux accompagnateurs.
Nous avons regardé un film sur l'exposition. Dans ce film, des femmes congolaises font des métiers dits « d'hommes » : femme chauffeuse de bus, femme maçon et femme mécanicienne. Tous les participants étaient très attentifs au film.
Ensuite, chacun a fait le tour de l'exposition. On était là pour les accueillir, nous leur avons parlé de l'exposition mais aussi du fonctionnement des Réseaux d'Échanges Réciproques de Savoirs.
Geneviève a expliqué que dans le cadre des réseaux, on peut se renseigner précisément sur les échanges qui ont lieu. C'est ouvert à tous quelque soit la religion, l’origine, le handicap, etc... On peut solliciter les animateurs et les bénévoles présents sur les offres et demandes pour chercher précisément avec qui être mis en relation, avec qui échanger un savoir, et trouver la personne qui offre le savoir correspondant à notre demande. Les réseaux sont des lieux où l'on peut s'enrichir de nouveaux savoirs, et apprendre à connaître d'autres personnes en faisant des échanges.
Les animateurs qui accompagnaient le groupe ont demandé à Geneviève d’aller expliquer ce que sont les Réseaux d'Échanges Réciproques de Savoirs dans leur foyer. Geneviève a accepté avec grand plaisir.
Marie-Line WAILLE, stagiaire du R.E.R.S au local des Pyramides.




Invitation à l'Assemblée Générale du RERS Evry Centre Essonne le samedi 18 février

Cette année notre ASSEMBLEE GENERALE se tiendra le 18 Février de 9 H 30 à 16 H 30 à l'IRFASE d'EVRY.

Si la tenue de cette assemblée est nécessaire et légale puisque prévue par les statuts des associations dites « Loi de1901 » c'est aussi une occasion de se rencontrer plus largement .

C'est également le moment de faire la connaissance de ceux qui plus particulièrement animent le réseau, l'administrent, obtiennent des subventions des divers financeurs et effectuent des tâches parfois ennuyeuses mais nécessaires,

C'est le moment, par votre simple présence de les remercier de la peine qu'ils prennent tout au long de l'année pour le bien de tous, c'est enfin le moment de vous exprimer officiellement sur la gestion et les idées directrices de notre association et d'élire les membres du Conseil d'Administration .

Enfin, avec les animations, le repas préparé en commun et les spécialités apportées par chacun c'est le moyen de passer un agréable moment .

Une journée « utile et agréable » en perspective !.


mardi 31 janvier 2017

Échange football du mercredi 14 décembre 2016


L'échange football a commencé avec deux collégiens. Dareus voulait offrir son savoir à Safan. Lors de la mise en relation, ils m'ont posé plusieurs questions sur le matériel qu'ils pouvaient utiliser ainsi que sur le lieux où ils pourraient s’entraîner. Je leur ai expliqué que c'était à eux de définir ce qu'ils souhaitaient. Ma mission de «metteuse» en relation étant simplement de les faire se rencontrer et de les accompagner dans la mise en place de leur échange de savoirs. Je leur ai proposé de me contacter s'ils rencontraient certains problèmes lors de leurs échanges ou s'ils souhaitaient en modifier les modalités ou encore l'arrêter.

Quelques jours plus tard, j'ai reçu l'appel du père de Dareus. Il demandait si une personne pouvait surveiller les enfants lorsqu'ils jouaient au stade. J'ai également expliqué au père que le but de l'association n'était pas de surveiller les échangeurs lors de leurs rencontres. L'objectif étant de les mettre en relation et de réaliser des bilans intermédiaires et finaux de l'échange.

Environ deux semaines après, l'un des collégiens est venu en expliquant qu'il souhaitait mettre fin à l'échange. En effet, chacun avait l'impression de ne rien apprendre de l'autre mais de simplement faire des matchs sans entraînement ou apprentissage particulier.

Lors de la réunion de clôture de l'échange football, les deux collégiens étaient présents. Un autre de leur copains, Syf, était là aussi. Il souhaitait également faire parti d'un futur échange football.

L'offreur en football est alors devenu demandeur. Ils sont tous les trois à la recherche d'un autre offreur qui serait d'un niveau supérieur au leur. Ils ont également demandé si lors de leur prochain échange, ils pourraient accueillir de nouvelles personnes.

Après réflexion, les trois collégiens ont constitué une demande de savoirs commune. Pour eux, celui qui va leur offrir des connaissances doit avoir un niveau semblable à un entraîneur ou à un professionnel.

Ils souhaiteraient que l'offreur puisse également fournir le matériel nécessaire. Mais, la réponse à cette question ne pourra se faire que durant une prochaine mise en relation.

En conclusion, il semble que ce premier échange se soit bien passé. Dareus et Safan ont compris que l'échange qu'ils ont effectué ne répondait pas à leurs attentes. Ils ont réalisé un cheminement pédagogique qui leur a permis de faire évoluer et d'affiner leur demande. Ils ont invité Syf à les rejoindre dans cette aventure et ils souhaitent également trouver d'autres demandeurs.

Nous cherchons donc un offreur qui pourrait répondre à la demande de ces collégiens. N'hésitez pas à nous contacter si vous-même ou une de vos connaissances est susceptible d'y répondre !

Malika Diop, stagiaire du RERS, au local des Pyramides


mercredi 21 décembre 2016

Échange de savoir cuisine pour l'anniversaire de Dara de l'association « OSER »

Mercredi 14 décembre 2016, un groupe de collégiennes est arrivé au local du RERS des Pyramides accompagné de trois animatrices de l'association « OSER ». Les animatrices avaient prévu un échange cuisine pour préparer des crêpes et un gâteau à l’occasion de l'anniversaire de Dara, l'une des jeunes filles.

Les animatrices avaient apporté tous les ingrédients pour faire un gâteau au chocolat ainsi que des crêpes pour une dizaine de personnes. Chacune des jeunes a participé à la confection du goûter.
Durant la préparation du gâteau, l'une des accompagnatrice a donné des conseils sur les ingrédients à mettre dans le gâteau. Certaines jeunes filles expliquaient également leurs petits trucs à elles.

Toutes les filles ont participé. Il a même fallu goûter au fur et à mesure pour savoir si rien ne manquait ! Le gâteau sera-t-il bon ? Est-ce qu’on n’a rien oublié ? Enfin, le gâteau au chocolat a été mis au four.

En même temps, d’autres jeunes filles ont confectionné ensemble les crêpes, sans suivre une recette particulière, car toutes avaient des notions des proportions sans avoir besoin de tout mesurer, et cela a été la source de bien des rires ! Après quelques aventures avec la réalisation, la pâte à crêpes a finalement été jugée excellente.

Ensuite, quelques-unes ont commencé à faire cuire les crêpes. Celle qui est au fourneau mangera-t-elle en dernier...? et bien sûr, comme la plupart du temps, la première crêpe a été ratée. Mais pour les suivantes ça allait très bien !

Pour fêter l'anniversaire, les animatrices avaient également apporté des chips et des bonbons, et pendant que le gâteau finissait de cuire, une belle table a été installée au milieu du local. Toutes les collégiennes ainsi que d'autres garçons et filles de tous âges ont pu participer à l'anniversaire de Dara, au soufflage des bougies, au chant de joyeux anniversaire et au plaisir partagé !.

Cette activité a permis de partager des moments bien plaisants en groupe autour de la cuisine puis d'un goûter.


Maïka Diop
RERS


au local des Pyramides.

mardi 20 décembre 2016

Réminiscences de l’art premier aux Pyramides

Le samedi 10 décembre 2016, une cinquantaine de collégiens des collèges : Pyramides d’Evry, Jean Vilar et Sonia Delaunay de Grigny, se sont rendus en car au Musée des Arts Premiers, quai Branly à Paris. Ce fût une réelle découverte pédagogique, en un espace contenant 300.000 objets primaires des civilisations des Quatre continents (sauf l’Europe). La culture primitive questionne aujourd’hui le jeune citoyen d’Evry, car faisant remonter dans leur subconscient ancestral les interrogations existentielles, refoulées par nos sociétés « post-modernes » : Y a-t-il un Dieu qui a créé la terre ? La souffrance et la mort peuvent-elles être vaincues ? Y aura-t-il une fin du monde nous conduisant à un avenir éternel ?


Pendant une heure et demie, la conférencière, au regard de quelques « sculptures-phares » des quatre continents, synthétisa la façon dont une peuplade construit un imaginaire collectif : mythes religieux qui procurent à l’autochtone  les premiers éléments de compréhension de l’Univers, les symboles qui l’aident à vivre en accord avec les forces de la nature et les membres de la tribu, les récits fondateurs qui assoient l’autorité d’un chef de village, les lignages différents qui constituent la Communauté. L’objectif recherché, par-delà les continents, dans ce vieux fonds commun de l’humanité, est d’aboutir à une pensée globale et universelle, permettant le développement intégral de chaque membre de la tribu.

Ces cinquante jeunes, sagement assis, ont pris conscience de leur riche mémoire symbolique, exprimée dans les objets d’art, et constituant leurs racines culturelles familiales, comme une actualisation de leur temps ancestral. La magie de l’endroit a fait advenir un esprit tutélaire, s’imposant à eux, au-delà de leurs repères citoyens, et de la pure pensée rationnelle de notre société. Ils se sont sentis chez eux, valorisés par leur passé, ayant un témoignage à donner.

Toujours très attentifs, ils ont relativisé les critères esthétiques et éthiques de notre civilisation : une jolie femme n’est pas obligatoirement maigre ! il est possible de parler de religion, dans un espace public. De même, la culture n’est pas que de l’émulation savante et élitiste, mais un savant dosage de cultuel (la religion), de cultural (le produit issu de la terre), de culinaire (les ustensiles et plats décorés), de corporel (la parure, le bijou ou le tatouage).
En leur jeune intelligence de collégien, cela les a ramené à leur vie dans le quartier des Pyramides, où ils ont la sensation d’être « hors-sol », réfugiés à l’intérieur de leur tablette tactile, subissant une instrumentalisation passive, qu’il fallait exorciser. Dans notre quartier qui est au bord de la rupture sociale, et connaît un affaissement démocratique, cette visite a ressoudé notre communauté de destin et renforcé la vocation culturelle de notre habitat, tel que les premiers concepteurs du quartier l’ont désiré, et exprimé par les nombreuses sculptures d’art premier qui structurent notre quotidien (le dragon d’Yvette Vincent-Alleaume, le Déambulatoire de Gérard Singer, la Sculpture sonore de Bernard Baschet, la Momie d’Yvette Vincent-Alleaume…)
Un déjeuner préparé par des mamans bénévoles fut partagé au local de l’association RERS® des Pyramides. L’appétit joint à la bonne humeur générale s’exprima par un remerciement à la Société TICE, au collectif des parents du Collège des Pyramides, à l’association RERS®, au Collège des Pyramides et ses professeurs.

Jean-Pierre Grall

le 10 décembre 2016.


mardi 13 décembre 2016

Vernissage de l'exposition Cultures et Créations au local RERS des Pyramides - Mardi 4 octobre 2016

Réalisations de l'association Génération Femmes
 

Une soixantaine de personnes sont présentes au vernissage. D’autres regards auront lieu pendant tout le mois.

Le bleu et le blanc symbolisent la paix, le calme, la sérénité, la fraîcheur. Le bleu exprime également la sensibilité.

Le jaune est une couleur gaie et vivante qui représente la joie, l’énergie, la tonicité et le dynamisme. Elle exprime la douceur et l’intelligence.

La couleur orange est une couleur très vive qui symbolise des valeurs comme l’audace, l’intelligence, la loyauté, la confiance et la méfiance.

Le rouge est une couleur qui a du tempérament.
Le marron nous fait penser à la nature puisque c’est la couleur de la terre, des troncs des arbres et même de la fourrure de certains animaux.

La couleur rose est une couleur qui symbolise des valeurs plutôt positives comme l’innocence, la douceur, le romantisme, le sucré.

Cette couleur peut également représenter le calme, la paix, la sérénité, la tranquillité et la confiance.

vendredi 18 novembre 2016

Loubna offre la cuisine et Hayette raconte



            Bonjour !

Je me présente, je suis Hayette, je connais le réseau d'échanges réciproques de savoirs depuis  longtemps. Il m'arrive d'arrêter et de reprendre le RERS. En tout cas pour moi, les offres et les demandes ça va de soi ! La cuisine m'a toujours fasciné. J'aime la cuisine d'ici et d'ailleurs, notamment celle de mon pays qui est haute en couleurs. J'essaye de transmettre mes connaissances. Avant tout, la cuisine est pour moi un moment de partage et de convivialité avec ma famille et mes amis. On discute les goûts et les saveurs du plat. On parle également d'autres sujets. La cuisine a subi l'influence des populations. Elle est toujours présente. Le couscous se prépare de plusieurs façons. Au Maghreb c'est toujours aussi bon.

J'ai commencé à animer le groupe cuisine en tant que référente du local des Pyramides. Le premier samedi du mois, nous avons trouvé une offreuse, Loubna, sur le thème du couscous. Cela c'est bien passé.

 Réalisation de la recette, étapes du couscous : mouiller la semoule dans une grande assiette, laisser au repos. Ensuite, disposer d'un grand couscoussier. Mettre un fond l'huile d'olive, émincer deux oignons, la viande et les six morceaux de poulet ou autres. Ajouter deux bonnes cuillères à soupe de tomate concentrée ainsi qu'une bonne cuillère des quatre épices et le sel. Faire mijoter tout ça avec un fond d'eau pour ne pas brûler. Ensuite, verser un litre et demi d'eau portée à ébullition. Mettre le couscous une fois que la vapeur est présente. Mettre les légumes : carottes, navets, etc. Mettre les pois chiches à la fin de la cuisson. Surveiller la cuisson d'une durée d’environ une heure.

Hayette Landoulsi